Dans la tête de Cocotte : la nuit

aaaaahhhhhAAAAAHHHHH. J’ai bien dormi. Mince, il fait noir et je n’entends aucun bruit. Ça doit être ce que mes parents appellent la nuit. Pourquoi je me réveille alors ? Je suis bien au chaud dans ma turbulette, à priori je n’ai pas la couche pleine, clairement je n’ai pas faim. Rhoo, c’est cette fichue sucette que j’ai encore égarée. Il faut vraiment que je perde l’habitude de l’enlever de ma bouche et de la jeter n’importe où. Je vais bouger la tête voir si elle s’est nichée dans mon cou. Hum, non. Je vais utiliser mes bras pour ramer voir si elle est toujours dans mon périmètre. Non plus. Comment je vais faire moi ? Il me la faut cette sucette pour bien me rendormir. Si j’appelle les parents, ils vont encore râler. Bon tant pis, je leur ferai un sourire et ça passera.

Je vais éviter de pleurer quand même parce que moi aussi ça me fatigue. Je vais babiller, ils aiment bien ça. Bla, bla, bla, areuh, areuh, areuh… Je vais augmenter le volume parce qu’il n’y a aucun mouvement dans leur chambre. BLA, BLA, BLA, AREUH, AREUH, AREUH… Ah, ça y est j’entends du bruit de l’autre côté de mon mur. Ça a l’air dur. Je ne comprends pas qu’ils soient autant fatigués ces adultes.

Alors qui va venir ? À tous les coups, c’est mon père. Ma mère a le sommeil tellement profond qu’elle m’entend seulement 1 fois sur 4. Je tourne la tête, histoire de voir qui on m’envoie. Ah, je vois un cheveu hirsute et une démarche lourde. C’est MAMAN ! Dis donc, elle a pas l’air causante. Allez vite je lui fais le coup du sourire. Ah, ça y est, elle se détend et j’ai même le droit à un sourire bienveillant. À priori, elle a compris ce que je cherchais. Sa grande main se met en quête de ma sucette dans le lit. Elle la trouve rapidement, elle a plus de chance que moi ! C’est pratique quand même d’avoir des parents sous la main, ils sont plutôt dociles et compréhensifs. Il parait que ça change quand on est plus grands. Si, si, ce sont les copains de la crèche qui me l’ont dit.

Bref, Maman me colle la sucette dans la bouche. Je lui agrippe la main pour qu’elle attende quand même 5 minutes avec moi. Bon, 5 minutes ça a l’air trop long pour elle. Je vois bien, malgré toute cette pénombre, qu’elle est fatiguée. Je vais alors éviter de lui tenir la jambe trop longtemps. Elle finit par quitter ma chambre. Le soir, au moment du coucher, je m’amuse à recracher ma sucette pour qu’ils viennent me voir et me faire des bisous mais là je sens bien que ce n’est pas le moment. J’ai déjà trop tiré sur la corde au début. Faut que je les laisse se reposer. Et moi aussi il faut que je sois en forme pour la crèche parce qu’on va encore bien rigoler avec les copains.

Publicités

Une réflexion sur “Dans la tête de Cocotte : la nuit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s